Vive l’école !

Publié le par Marie-Pierre et Jean CANTIN

       Vivant pleinement au contact de la population, nous avons un aperçu du système scolaire mauricien. Grâce aux cours de valeurs humaines, nous avons pu l’observer par nous-même. Ce qui nous amène à nous satisfaire du système éducatif français même s’il a ses imperfections.

Comme en France, l’école est obligatoire de 6 à 16 ans et il existe plusieurs écoles maternelles (ou pré-primaire). L’année de leurs 6 ans, les enfants rentrent en First (première, équivalent du CP) et, automatiquement passe dans la classe supérieure tous les ans. A 11 ans, ils sont donc en dernière année de primaire (qui dure 6 ans) et passe un examen : le CPE (Certificate of Primary Education). Les cours sont dispensés en anglais, quelques fois expliqué en créole, seul le cours (obligatoire) de français est dispensé en français. Comme nous l’avons déjà dit, la langue maternelle des mauriciens est le créole. Le taux de réussite (voyons le coté plein du verre !) est de 60%. SEULEMENT !

Dans les 40% qui échouent, il y a de nombreux enfants qui ne maîtrisent pas la lecture.

Le collège est l’école secondaire, il correspond au collège plus lycée français. Il dure sept ans et est sanctionné par un examen : le HSC (High School Certificate), diplôme anglais équivalent au Bac. Les cours sont toujours dispensés en anglais sauf celui de français qui l’est en français. Il n’y a plus de promotion automatique, donc les élèves peuvent redoubler. Le collège n’accepte pas les élèves de plus de 20 ans.

Depuis quelques années seulement, il existe un système secondaire parallèle : le pré-vocationnel, qui accueille les enfants ayant eu un très bas niveau au CPE ou ceux qui ont échoué. Cette fois-ci, les cours sont en créole, ils apprennent l’anglais et le français mais aussi quelques matières manuelles (couture, cuisine, menuiserie…). C’est une filière plus professionnelle. Cette filière dure trois ans et à la fin, les élèves peuvent, soit chercher un travail, soit entrer en Form I. Comme vous l’aurez compris, un élève qui poursuit sa scolarité sans échec par la filière traditionnelle, arrive au HSC à 19 ans soit un an avant la limite d’âge de fin de scolarité dans le secondaire. Avec ce système, un jeune qui a suivi la filière prévoc peut passer de justesse le SC (2 ans avant le HSC) et ne pourra jamais continuer ses études jusqu’au HSC.

Il existe différents type d’écoles et de collège : publics, privés avec subventions de l’état et les privés complets. Ces derniers sont souvent des écoles internationales, écoles françaises ou anglaises et dont les élèves sont soit des enfants d’expatriés soit des enfants mauriciens issus de la grande bourgeoisie ou encore des enfants de ministres. Parmi les collèges privés sous contrat, on distingue des collèges confessionnels et non confessionnels.

Les collèges publics et privés sous contrat, choisissent leurs élèves en fonction des résultats au CPE. Ce qui fait qu’il y a de très bons collèges (les premiers collèges sont publics) et d’autres dont la réputation est nettement inférieure. Les collèges ne sont pas mixte, et chaque collège à son uniforme spécifique. Ainsi, dans la rue, en début d’après-midi après les cours, on croise souvent des jeunes dans la rue et on peut savoir de quel collège exactement ils viennent.

Pendant toute la scolarité des jeunes mauriciens, l’accent est mis sur la compétition et la réussite.

Cela se retrouve aussi beaucoup au niveau du sport. Chaque école et collège organise un sport day (jour du sport) avec récompense par des médailles pour les meilleurs athlètes. Puis il existe des tournois inter-établissements…Si un élève a des résultats scolaires médiocres mais rapporte des médailles sportives pour l’établissement, il a toutes ses chances de pouvoir passer dans la classe supérieure dans son collège voire d’intégrer un meilleur collège.

Les cours ont lieu de 8h30 à 14h30 du lundi au vendredi. Les professeurs sont payés par l’état pour leur travail mais le système mauricien fait que ces mêmes professeurs reprennent la même classe une à trois fois par semaine de 15h à 17h, parfois 19h, en étant payé cette fois-ci directement par les parents. Ces heures de cours, on appelle ça des cours particuliers ! Hé oui, à 30 élèves par cours, on perçoit la nuance entre particulier et individuel !

Les cours particuliers au collège, en plus du bachotage servent parfois aussi d’agence matrimoniale ! Les cours particuliers sont mixtes et à l’adolescence, ça donne des idées à certain(e)s.

Ce système (à notre avis totalement aberrant et injuste) est tellement ancré dans la mentalité des mauriciens et dans la volonté politique élitiste du gouvernement que si un professeur ne donne pas de cours particulier, il est considéré comme nul ! Ce système fonctionne dans tous les établissements qu’ils soient publics ou privés sous contrat.

Ce système scolaire abouti a des aberrations du type : une élève vient nous trouver pour du cancelling (écoute) dans le collège où on intervient tous les jeudis. Nous l’avions déjà vue une fois. Elle nous raconte que ces problèmes vont mieux mais qu’elle vient nous voir ce qui lui permet de sécher l’anglais, cours qu’elle déteste car elle ne comprend rien. Elle est en Form V c'est-à-dire l’année du SC (School Certificate). Nous lui demandons comment elle a pu arriver jusqu'à un tel niveau en ne comprenant pas l’anglais. Sa réponse est toute simple, pour le français, elle se débrouille, pour les mathématiques, elle a une amie qui peut lui expliquer et après elle arrive facilement à faire les exercices mais pour ce qui est des cours d’économie et d’anglais, elle attends que le temps passe…et apprend tout par cœur.

 

 

Publié dans La vie Mauricienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jetelle76 22/12/2008 09:52

Bonjour. Effectivement le systéme laisse à refléchir sur certains aspects, mais bon !
On trouve des bizarreries en France aussi, et rien n'est parfait !
J'ai des amis à Maurice et je me souviens bien des photos scolaires avec l'uniforme !
Amitiès de France. Jetelle76