Les fêtes de fin d'année

Publié le par Marie-Pierre et Jean CANTIN

En ce début de janvier, nous vous adressons, chers lecteurs, nos meilleurs vœux de paix, de bonheur et de joie pour cette nouvelle année. Que 2008 soit une bonne et heureuse année et surtout que vous sachiez faire face aux problèmes que vous rencontrerez afin de rebondir pour les transformer en un plus dans votre vie.

En décembre à Maurice, c’est bien différent de la France. Tout d’abord, ici c’est l’été, avec en général entre 28 et 30 degrés Celsius à l’ombre toute la journée. Le soleil est souvent au rendez-vous même si parfois nous avons eu quelques journées un peu grises avec un peu de pluie. Depuis mi novembre tous les élèves sont en grandes vacances, car l’année scolaire et l’année civile sont de janvier à décembre.
 
Nos activités se sont progressivement arrêtées à partir de mi-décembre pour se trouver remplacées par différentes fêtes de fin d’année dans les différents groupes. Chaque groupe organise une fête, une sortie à la plage, un resto, … parfois, il y a même un échange de cadeaux qui est organisé. Un montant est fixé et chacun apporte un cadeau de la valeur voulu. Au cours de la soirée, chacun donne son cadeau et en reçoit un autre.
De la part de ses élèves des cours de cuisine, pâtisserie et d’informatique, Jean a reçu des cadeaux. Grâce à cette période de fin de cours et de Noël, nous avons des bibelots pour décorer notre appartement.
 
Noël
 
A Maurice, vous l’aurez compris, il n’y a pas de neige pour Noël (pour le 15 Août non plus d’ailleurs !). Au contraire, il fait plutôt chaud. Ceci n’empêche pas de retrouver la décoration de Noël occidentale avec les sapins (différents de ce que l’on trouve en France) décorés de guirlandes, et de boules. Les vitrines des magasins sont décorées avec des dessins de gros flocons et de pères Noël… Dans certains magasins ou centres commerciaux, nous avons croisé des pères Noël, avec certes un ventre un peu moins gros qu’en France, mais avec quand même bonnet, barbe, gros manteau rouge avec fourrure blanche, pantalon et bottes… Il ne faut pas oublier de l’habiller, car il pourrait avoir froid avec une température de 28°C ! Heureusement que la température était là pour nous dépayser… Mais cette décoration arrive seulement une semaine avant la Noël.
Nous n’avons jamais autant entendu la chanson petit papa Noël que cette année et ce qui nous fait beaucoup rire c’est la phrase : « père Noël si tu as un peu froid c’est un peu à cause de moi » !!!! Pourtant cela doit faire trois mois que nous n’avons pas mis de pull et que du matin au soir nous sommes en débardeur ou manches courtes !
Au niveau de la paye, tous les mauriciens reçoivent un 13ème mois qui doit être versé avant Noël. Ici, Noël c’est surtout pour les enfants, les adultes ne se font pas forcément de cadeaux.
Le 24 au soir, les magasins ouvrent jusqu'à minuit et les rues sont remplies de personnes qui font les derniers achats de Noël. A la veillée de Noël (le 24 au soir), l’église était presque vide : on ne peut pas faire les courses et être à la messe… Noël est une fête très commerciale en France mais ici c’est peut-être pire !
Nous avons assisté à une veillée de Noël préparée par des jeunes de la paroisse, elle fut très réussie, à la fois priante et festive. Nous avons chanté de nombreux chants de Noël dont certains bien connus en France comme Il est né le divin enfant, Minuit chrétien, Les anges dans nos campagnes… Toutefois, pour certains de ces chants, nous avons appris leur version créole et anglaise.
Le 25 décembre matin, nous sommes retournés à l’église. Cette fois-ci, l’église était pleine, il n’y avait pas assez de bancs.
 
Bien que nous soyons loin de la famille nous n’avons pas été abandonné pour Noël : trois familles mauriciennes se sont relayé pour nous faire passer un bon Noël : Nous avons été invité le 24 au soir, le 25 midi et soir ! A chaque fois, les repas était plus simple qu’en France mais tout aussi délicieux et l’ambiance très bonne. Nous avons vraiment passé un agréable Noël et même si nous avons bien pensé à la France, nous n’avons pas eu la nostalgie. Voir des photos
 
Le nouvel An
 
Tout le mois de décembre nous avons retrouvé un thème récurent dans les conversations : le ménage ! En effet, chaque mauricien fait son ménage à fond, jette les vieilles choses, achète de nouvelles, refait les peintures (la plupart du temps sans lessivage préalable !) de la façade, du portail, des escaliers extérieurs…, change de rideaux, nettoie les vitres…
Bref aucune poussière de l’année ne doit rester pour la nouvelle année. Nous avons vu des personnes balayer leur cour à 23h30 le 31 décembre !
Et à Minuit : Les pétards et feux d’artifices claquent de partout. Nous sommes monté sur le toit mais nous ne savions pas où donner de la tête, tellement il y avait de feux d’artifices. Que de bruit mais aussi par conséquent beaucoup de fumée ! Après minuit impossible de voir les étoiles, pourtant, l’heure d’avant le ciel était bien dégagé.
Heureusement que les mauriciens nous avaient prévenus car sinon on se serait cru bombardé !
Les pétards avaient déjà commencé un peu pour Noël. Le 31 décembre à partir de 23h15, les pétards se faisaient entendre de plus en plus mais pas besoin regarder l’heure pour savoir quand le changement d’année se fait : l’intensité des pétards et feux d’artifices atteint son apogée pendant un quart d’heure puis un retour au calme très progressif jusqu'à 1 heure du matin. Nous avons trouvé que le bruit et la quantité de pétard et de feux d’artifices était énorme mais plusieurs mauriciens nous ont dit que c’était moindre que les années précédentes ! Le fait que le nombre de pétards claqués ait diminué est sans doute lié à la baisse du pouvoir d’achat des mauriciens. La vie ici se fait difficile ce qui malheureusement, n’empêche pas les mauriciens de contracter des crédits impossibles à rembourser.
Le premier janvier midi nous avons été invité, avec le père Paschal, dans une famille. Tradition mauricienne oblige, nous avons mangé du poisson : afin que chacun soit comme un poisson dans l’eau pendant le restant de l’année.
Le premier janvier mais aussi le 2 janvier sont deux jours congés public à Maurice. Chaque mauricien en profite pour visiter toute sa famille. Même si le travail reprend officiellement le 3 janvier, de nombreux mauriciens prolonge les fêtes jusqu’au 8 janvier. Date de la fête du roi boit : ce jour là on fini toutes les bouteilles d’alcool qui avaient été prévus pour la nouvelle année et qui n’ont pas été vidé ! S’il n’en reste plus, pas de problème, on en rachète !
Le premier au matin, nous avons croisé un voisin et lui avons souhaité une bonne année et demandé s’il avait bien réveillonné. Il nous a répondu : « Oui, je suis saoul » !!! Effectivement, il l’était et ce n’était pas le seul mauricien !
Mais quelque chose de très important pour les mauriciens : commencer l’année en priant. Le premier janvier au matin, quelque soit l’heure tardive à laquelle ils se sont couchés la veille, ils vont dans leur lieu de culte pour offrir à Dieu (ou aux dieux) l’année qui commence. Les églises, mosquées, temples, pagodes….sont remplis. Malheureusement pour certains cela s’apparente plus à de la superstition qu’à une foi profonde. Si l’on ne prie pas Dieu le premier jour de l’année qui sait ce qui peu nous arriver comme malheur.
 
Nous découvrons donc avec ce nouvel an sous les tropiques que les mauriciens sont très endurants, capable de boire et faire la fête plusieurs jours de suite ! La vie économique du pays en est quasiment arrêtée ! La vie commence tout doucement à reprendre son cours aujourd'hui (7 janvier).

Publié dans Les Fêtes

Commenter cet article