Anti-DAVIS

Publié le par Marie-Pierre et Jean CANTIN

  DAVIS veut dire : D : Drogue Découragement, A : Alcool Agression, V : Viol Violence, I : Ignorance Indifférence, S : Sida Suicide
  Anti-DAVIS est un pèlerinage organisé par des personnes qui veulent lutter contre tous ces fléaux qui touchent beaucoup de Mauriciens. Pour le moment, cela n’existe pas sur notre paroisse mais dans la capitale. Même si Rose Hill compte de nombreux drogués et sidéens, ils sont plus nombreux sur la capitale, Port-Louis, qui est à 12 km. Anti-DAVIS a donc démarré ses actions dans un quartier bien populaire nommé Cassis avant de s’étendre petit à petit dans d’autres quartiers et aux régions avoisinantes.
  Cette idée à germer au sien d’un groupe nommé groupe A (A comme Accueil, Amour, Amitié) il y a maintenant deux ans. Ils ont eu l’idée d’organiser des pèlerinages dans le quartier afin de briser l’indifférence face à ses fléaux et d’en parler afin de faire bouger les choses. Très souvent, la marche dans les rues se termine devant un lieu aménagé avec une sono et chacun peut entendre des témoignages (ex-toxicomanes ou maman dont l’un des enfants est dans la drogue) des informations sur les drogués, les alcooliques… afin de comprendre un peu mieux ce qui se passent en eux, et enfin, ils terminent par une prière avec des chants et des moments de recueillements. La prière est souvent animée par le prêtre du quartier. La première année, ils ont proposés l’adoration du Saint Sacrement. Cette année, ils ont plutôt lu la parabole du fils prodigue avec un temps de recueillement sur la bible (lire ici la parabole du fils prodigue). Parfois, il n’y a même pas de marche mais juste un temps de témoignage, d’informations et prière. Les jours précédents, les organisateurs font du porte à porte et/ou mettent des affiches pour inviter les gens. Ces rassemblements sont organisés en général de 19 heures à 21 heures voire un peu plus tard. Cela permet de soutenir les familles en souffrance et d’aider les personnes concernées à prendre une bonne décision, de faire un pas vers l’arrêt de ces fléaux. Pour cette année, il ont aussi mis l’accent sur le DAVIS positif (Dieu, Amour, Vérité, Identité, Solidarité).
Pour nous, français, cela ne nous serait pas venu à l’idée d’organiser des prières en pleine rue. Mais ici, cela n’est pas du prosélytisme, chacun est libre de venir ou non, de toute façon chacun s’identifie à sa religion même s’il pratique peu. Ici ils croient à la force de la prière pour aider chacun dans sa vie. La notion de laïcité est franco française. L’Etat donne facilement l’autorisation de prendre l’électricité sur les poteaux pour la lumière et la sono et met à disposition des policiers pour la sécurité.
  Chaque lundi soir, le groupe A de Cassis se retrouve pour préparer et organiser différentes actions dont les pèlerinages quand ils sont sur leur paroisse. Depuis un an, une maison d’accueil a été ouverte sur Port-Louis. Elle ouvre tous les jours ouvrés (seulement de 8h à 16h par manque d’argent) et accueillent toutes les personnes qui veulent être écoutées, prendre une douche ou satisfaire tout autre besoin vital (s’asseoir, se reposer, boire un thé, téléphoner…). Elle accueille aussi les proches de personnes touchées par ces fléaux. Cette maison s’appelle Lacaz « A » (lacaz signifie maison en créole et A comme Accueil, Amitié, Amour, écoute Active mais aussi Avenir). Elle n’a pas de programme de désintoxication mais est un soutien, une aide pour les personnes qui en ont besoin.
  Toutes les personnes activent dans le programme anti-DAVIS, sont appelés soldats. Soldats pour lutter contre ses fléaux mais leur seule arme c’est l’Amour.
  Le 8 et 9 novembre, une formation a été proposée aux soldats de Port-Louis et des Régions avoisinantes. Nous y avons été. Nous avons appris différentes choses mais avons surtout découvert la souffrance qui se cachait chez la plupart des soldats. Presque tous les participants ont un membre de leur famille touché par les fléaux DAVIS. Certains voient dans leur rue des jeunes de 13 ans qui commencent à se droguer. Mais ces personnes ont une foi impressionnante, ce sont des femmes, des hommes debout qui veulent agir pour vivre heureux et éviter que leur descendance ne soit confrontée à ces fléaux. Ce sont ces mêmes personnes qui nous font un accueil royal. Au fur à mesure de notre séjour sur l’île, nous découvrons deux facettes pour un même pays : l’île Maurice, l’île paradis, avec ses hôtels de luxe pour touristes ayant besoin de repos sur la côte, et Maurice avec ses habitants parlant tous créoles qui sont confrontés aux problèmes de drogue, alcool, sida, grossesses précoces, divorces et toutes sortes de souffrances non perceptible au premier coup d’œil.
Quelques photos

Publié dans Nos activités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article