L'administration et son humour

Publié le par Marie-Pierre et Jean CANTIN

Quand nous sommes arrivés à Maurice, nous avions un visa nous autorisant à entrer sur le territoire en tant que travailleur mais nous n’avions pas encore le permis de travail. Nous l’avons reçu la première semaine. Nous sommes employé par le diocèse en tant que travailleur social et religieux. Sur le permis de Jean, rédigé en anglais, il est noté : Brother Jean Cantin … Et sur celui de Marie-Pierre : Sister Courtelle ep Cantin Marie-Pierre Amélie !!! Ils ont tout simplement recopié le passeport sans savoir ce que signifiait ep !!!! Si le Vatican savait qu’à Maurice les religieux et religieuses sont des gens mariés !!!! Cela nous fait beaucoup rire.
 
Quand nous avons fait notre demande de visas de travail, nous avions du effectuer un gros bilan de santé : radio pulmonaire, examen de sang dont le sida, analyse urine et selles, visite médicale… Une fois arrivé sur place, nous avons du refaire la radio et le test du sida. Cela est fait systématiquement pour tous les nouveaux travailleurs étrangers. En effet, l’Ïle Maurice a un gros problème de sida et de drogue. Mais tous les touristes qui viennent, n’ont pas besoin de visa et n’ont pas de test du sida à faire. Comme si le touriste ne pouvait pas transmettre le le sida !
 
Lorsque nous sommes arrivé à l’aéroport, la vérification des passeports s’est faite assez rapidement, pour la radio et la prise de sang nous avons du attendre raisonnablement (environ 15 min en moyenne) et l’examen lui-même s’est fait en quelques minutes. Ces différentes formalités ont été effectuées par des mauriciens. Mais quand il s’agit de la France, qui, paraît t’il est plus développée et efficace…, c’est autre chose :
Au cours de la première semaine, nous sommes allés au consulat nous faire enregistrer comme Français à l’étranger. Comme nous sommes arrivés, il y avait à peu près 2 ou 3 personnes devant nous, mais nous avons tout de même attendu au moins une heure ! Dans le bureau, ils étaient deux à travailler. Une fois dans le bureau, nous avons été accueillis par une française qui nous a enregistrée. Pour cela, elle a mis 1h30 pour prendre nos noms, prénoms, date et lieu de naissance ; date et lieu du mariage ; noms, prénoms, date et lieu de naissance des parents et ville dans laquelle nous sommes inscrit sur la liste électorale. Et enfin, elle nous a donné le précieux sésame : une carte prouvant que l’on est bien enregistré ! Certes, elle nous a expliqué que la France avait mis en place un nouveau logiciel pour l’enregistrement des français à l’étranger et ce n’est pas encore tout à fait au point, que par conséquent l’ordinateur est lent. Mais tout de même, nous pensons qu’elle travaillait à la même vitesse que l’ordinateur. Heureusement, elle était très sympathique, souriante et offrait des bonbons à toute personne qui passait dans son bureau, collègues ou usagers… Sa gentillesse nous a permis de tester la résistance de notre patience. Mais tout de même, 2h30 pour juste une formalité de ce type….VIVE LA FRANCE. !!!

Publié dans La vie Mauricienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article