Pélerinage du Père Laval

Publié le par Marie-Pierre et Jean CANTIN

Dans la nuit du 8 au 9 septembre 1864 est décédé à l’île Maurice le Père Laval. Il s’agit d’un prêtre missionnaire français né près d’Ivry-la-Bataille dans l’Eure. Il est arrivé à Maurice en 1841 et est devenu l’apôtre des noirs et des pauvres. Les Mauriciens, quelque soit leur religion, le considèrent comme le plus grand bienfaiteur de leur pays. Tous les ans, à la date du 8 septembre, les gens marchent en pèlerinage ou se rendent en bus ou voiture à Port Louis afin d’aller jusqu’au sanctuaire du Bienheureux Père Laval. Les jeunes de la paroisse Sainte Anne - Sainte Odile ont donc organisé une marche de Rose Hill jusqu'au sanctuaire à Port-Louis (19 km) samedi soir après la messe de 16h30 de la paroisse. Nous y avons été invité et avons pris part à ce pèlerinage. Occasion pour nous de rencontrer quelques jeunes et aussi de découvrir un peu le Père Laval si peu connu en France.

Rose Hill est une ville qui se trouve dans une grande aire urbaine allant de Port-Louis à Curepipe. Nous avons marché uniquement en ville sans se rendre compte que l’on a traversé plusieurs communes. Tout au long de la route, des personnes, en petit groupe organisé, proposent gracieusement sandwichs, gâteaux et boissons froides ou chaudes aux pèlerins. Le pèlerinage c’est déroulé en plusieurs temps. Tout d’abord, nous avons pu tout en marchant échanger avec les jeunes sur nos différents modes de vie (qui sont somme toute très semblables), ensuite nous avons eu des temps de prières et de partages autour de pistes de réflexion. Plus nous nous approchions du sanctuaire et plus il y avait de pèlerins. Une fois arrivé (vers 23h45) au sanctuaire, la foule était nombreuse, jeune et bruyante. Pour approcher la tombe du Père Laval, nous avons attendu plus d’une heure. Un service d’ordre faisait passer les pèlerins par groupe d’une centaine de personnes.  Arrivés dans le caveau, il est difficile d’approcher le tombeau et de se recueillir. En effet, on se retrouve nombreux dans la salle et des barrières empêchent de s’approcher à plus d’un mètre de la statue. Par contre, la tradition est de venir avec des fleurs afin de les échanger avec d’autres fleurs qui sont posés sur le tombeau. Cet échange est effectué par quelques bénévoles.

Pour le retour, le Père Paschal nous attendait pour nous ramener en voiture. Nous avons eu beaucoup de difficultés à le retrouver à cause de l’importance de la foule et du non fonctionnement des téléphones portables le réseau étant surchargé.

Nous sommes rentré à Rose Hill à 2 heures du matin mais les autres rentrant en bus ne sont arrivés chez eux que vers 4 heures, 4heures 30. Toutefois, certains étaient présents à la messe de 9 heures le dimanche !


Marie-Pierre et Jean

Publié dans Les Fêtes

Commenter cet article